Aluu tout le monde et Tikilluarit à Oqaatsut !

Au cours de la Polar Week 4, je vous ai invité à monter à bord du voilier des glaces ATKA. Comme vous avez bien compris, ATKA hiverne dans la baie d’Oqaatsut, une village de 25 habitants parfois aussi appelé Rodebay (son nom danois).

Vivre sur ATKA, c’est aussi vivre à Oqaatsut et avec ses villageois. Nous allons au village pour plusieurs raisons, à savoir aller charger du pétrole pour nourrir ATKA et nous chauffer, aller faire des petites courses alimentaires, se doucher et échanger avec les villageois.

La première ballade du bateau pour le village était mémorable. Excitée à l’idée de rencontrer les villageois d’Oqaatsut, j’observais au petit matin l’étendue de la banquise depuis la place du capitaine Baptiste.

Installés dans le carré, les garçons finissaient leur tartines de beurre et confiture. Paulo me questionna :

 » Anne-Claire ? La météo est-elle bonne ? Que vois tu ? « 

Dans ma tête les idées se bousculèrent… Me demande-t-il de lui offrir un rapport complet de l’état de la banquise, du vent, de la température extérieur ?

Assise sur le siège de Baptiste, les instruments de bord me donnèrent assez d’informations pour lui répondre.

  • Vent, 24 noeuds.
  • Visibilité, quasi nulle… ça ne va pas être de la tarte ! « 

Nous sourions. Paulo me conseilla de mettre ma méga doudoune. Je suivis son conseil, bien évidemment !

Boots enfilées, Paul et moi-même quittions ATKA et le capitaine Baptiste pour Oqaatsut. Une personne doit rester à bord, c’est une des règles d’ATKA.

  • Règle numéro 1 dATKA : Toujours une personne à bord. Question de sécurité !
  • Règle numéro 2 dATKA : Quand tu quittes le bateau, pars toujours avec une VHF (une sorte de talkie-walkie qui nous permet de communiquer entre nous) chargée !

Si c’est le capitaine qui le dit, moi ça me va ! Et vous ?

Les pieds à nouveau sur la glace, je dois vous dire que je suis assez bluffée par ce vent. Hier tout était calme offrant un paysage idyllique et ce matin, tout me parait différent voir inconnu.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, la visibilité n’est pas des meilleures. Cependant, habitué à réaliser ce trajet quasiment tous les jours, Paulo ne peine absolument pas à trouver le chemin du village.

Notre traineau prénommé Vaillant transporte nos deux bidons de pétrole vide. Un vent violent souffle. Nous avons hâte d arriver au village !

Notre traineau prénommé Vaillant transporte nos deux bidons de pétrole vides. Nous avons hâte d’arriver au village car le vent souffle !

Nous voilà bien arrivés. Je me rappelle très bien de ma première rencontre.

Ce fut avec Malik, le jeune homme qui tient l’épicerie du Village. Ses premières paroles furent : « Tikilluarit ! ». À mon arrivée, j’étais encore bien incapable de comprendre ce mot groenlandais.

Pas grave, je me doutais bien qu’il ne devait  pas me dire de déguerpir. Je lui offris alors mon plus beau sourire…Emmitouflée sous mon bonnet en peau de phoque, ça a du donner ça:

Sous mon bonnet en peua de phoque, je ne crains plus les basses températures. Mon sourire témoigne de ce bien-être polaire !

Sous mon bonnet en peau de phoque, je ne crains plus les basses températures. Mon sourire témoigne de ce bien-être polaire !

Par la suite, j’apprends très vite que « Tikilluarit ! » signifie « Bienvenue » en Groenlandais. Si j’avais su, j’aurais répondu « Qujanaq » – prononcé « rouyanaq » – à Malik pour le remercier de cette accueil chaleureux.  Malik veut dire vague en groenlandais. Quelle chance d’avoir un nom avec une signification !

C’est aujourd’hui à mon tour de vous souhaiter la bienvenue mes amis.

« Tikilluarit » à tous les enfants de France à Oqaatsut. Cela fait un peu plus de 2 semaines que je côtoie le village et maintenant c’est à vous de venir le découvrir !

Tout d’abord, pour bien voyager il faut se préparer. On n’atterrit pas à Oqaatsut comme cela. Laissez moi vous dessiner un décor et vous y emmener.

Nous sommes au beau milieu de la nature. Comme beaucoup de villages Groenlandais, Oqaatsut a été construit à cet endroit précis car la pêche et la chasse marine aux alentours de la côte était bonne.

Vue du village depuis le bateau de Nuka.

Vue du village depuis le bateau de Nuka.

Imaginez…

Un banc face aux icebergs pour les amoureux...quoi de mieux ?

Un banc face aux icebergs pour les amoureux…quoi de mieux ?

Nos deux pieds emmitouflés dans des méga boots sont posés sur une neige glacée qui recouvre une roche brune. Sur cette colline rocheuse, nous sommes entourés d’eau de mer dans laquelle se dressent fièrement de colossaux icebergs bleutés. Et dans cette mer parsemée de glace vivent une multitude d’animaux marins. Ils ne se montrent quasiment jamais mais sont tout de même nos voisins.

1

La vie ici est simple, un vrai havre de paix pour les occidentaux un peu stressés. Le bruit du traffic routier est remplacé par celui des chiens groenlandais. Ils patientent attachés par dizaine devant les maisons de leur maître, dans l’attente d’un départ à la chasse.

6

Les maisons sont construites sur la roche. Elles sont faites de bois et accueillent souvent une famille de 6 à 7 personnes toute génération confondue. La plupart des maisons sont construites par les villageois. Ces maisons aux couleurs festives ne sont pas séparées par des barrières. Ici, nul besoin de délimiter des parcelles ou jardins.

5

La nature est à tout le monde, elle n’appartient à personne.

La vue des immeubles ou de toute autre grande bâtisse européenne est remplacée par celle des icebergs colossaux.

7

Je vous le dis, c’est quasiment impossible de se sentir stressé à Oqaatsut. La seule chose qui peut vous déstabiliser est la météo. Comme vous pourrez le découvrir dans la « minute groenlandaise d’Anne-Claire » , il vaut mieux vivre comme les Groenlandais avec un mode de vie « immaqa » (pronnoncé « im-ma-ra ») pour se sentir totalement zen !

8

Le  » Bon à savoir au Groenland  » N°1 –  la minute groenlandaise dAnne-Claire

Dans tous les villages, on trouve quelques bâtiments indispensables à la vie en communauté. Le village aux multiples couleurs d’Oqaatsut, ses 25 habitants en hiver et ses 70 chiens, ne déroge pas à la règle : une petite épicerie bleue, une maison communale rouge… et une école brune, à deux pas d’une aire de jeu recouverte de neige.

Pensant souvent à vous en France, je décide de démarrer la visite du village par mon endroit favori : l’école, ou Atuarfik en Groenlandais !

L’ « Atuarfik » dOqaatsut

10

À première vue, on croirait aller à l’église et pourtant, derrière les portes de cette bâtisse se cache bien ciseaux, pinceaux, livres et tableau noir ! L’école se situe dans la salle commune. A la fois Ecole, Eglise et salle de spectacle, cette maison marron a de multiples facettes et fonctions.

À l’intérieur, cette école est très colorée et vivante. Jugez par vous même en visionnant une des surprises de cette semaine : la Capsule vidéo Polar School #1 : l’Atuarfik d’Oqaatsut !

Vous êtes environ 500 enfants français à suivre le programme ATKA Polar School. Autant vous dire que les kids de l’école sont heureux de partager avec vous !


À Oqaatsut, les cours démarrent comme en France entre 8h30 et 9h00. Ils ont une pause à 10h30 pendant 20 minutes. C’est le moment idéal pour aller jouer dehors ou si le temps ne le permet pas, la salle commune peut aussi devenir une salle de récréation. Bref, on s’adapte !

À l’Atuarfik, l’institutrice Asta et les 4 enfants du village, m’accueillent tous les vendredi pour des ateliers ATKA Polar School. Asta parle couramment anglais, c’est la seule du village. Quelle chance inouïe ! C’est d’ailleurs grâce à cette femme que nous allons pouvoir réaliser cet échange si privilégié entre vous et les enfants d’Oqaatsut. Asta serait d’ailleurs très heureuse de rentrer en communication avec les professeurs qui le souhaitent. Elle possède une adresse mail ! C’est incroyablement excellent !

Voici en image mes quatre camarades de classe et l’institutrice Asta, prononcé « A-ch-ta ».

11

Les quatre enfants ont tous des âges biens différents. Par ordre d’âge décroissant : Emilie prononcé « émilia » est la soeur ainée de Innunguaq prononcé « i-noun-gu-ou-ak » et Marie prononcé « mari-a ». Même si Lars Berthel prononcé « lar-ss  ber-telè » n’est pas de la même famille, c’est tout comme !

La cour de récré dOqaatsut

Lorsque l’école est terminée, les enfants vont jouer dehors. D’ailleurs quelle riche idée !

Une partie de luge, ça vous tente ?

13

Encore mieux…Et pourquoi pas une partie de foot ?

Ça tombe bien, Paulo est au village cette journée là. Une vraie partie de plaisir sur la banquise. Franchement, ce jeu est vraiment universel ! Je n’aurais jamais pensé réaliser ce rêve fou de jouer au foot sur de l’eau gelée. A fond dans la partie avec les villageois, on en oublierait presque que sous ce ballon des milliers de litres d’eau salée nous observent.

14

Merci la banquise pour ce solide terrain de glace ! Plus qu’à marquer…

Le vendredi après-midi : Atelier ATKA Polar School !

Les semaines à bord d’ATKA sont très riches en activités. On ne s’ennuie jamais. Mais ma journée préférée est sans conteste le vendredi après-midi. C’est notre vendredi ATKA Polar School à l’école. Trop cool ! « Toorak » !

Souhaitant jumeler vos classes avec celle du village, ces vendredis s’organisent autours d’ateliers de « créations » franco-groenlandaises !

Atelier numéro 1 : « Les Polar-Masques » !

Cet atelier consiste à créer de masques représentant les animaux de l’arctique en utilisant de la végétation locale. De l’autre côté de l’atlantique, nous faisons aussi appel à vos talents d’artistes.

Confectionnerez-vous un masque d’un animal polaire pour les enfants d’Oqaatsut ?

Voici les consignes de cet atelier :

  • Créer un masque que vous puissiez envoyer par courrier postal
  • Représenter un animal du Groenland
  • Utiliser ce que vous trouver dans la nature proche de votre école pour décorer votre masque

Voici de notre côté un aperçu du premier atelier :

14_0

C’est l’occasion de vous présenter qui se cache derrière les masques. En son et en images…

Comment t’appelles-tu ? Qanoq ateqarpit ?

Emilie, 13 ans.

14_a

Inunnguaq, 9 ans et son masque de renne !

14_b

Lars Berthel, 7 ans et son masque de poisson !

14_c

Lars Berthel adore notre chouette Babette, elle a beaucoup de succès ici et elle nous accompagne à tous les cours.

Marie, 5 ans et son masque de lapin !

14_d

Pour ceux qui souhaitent participer à cette aventure de confection de masques polaires, vous trouverez une liste des animaux du Groenland à la fin de cette Polar Week 5 ainsi que l’adresse de l’école d’Oqaatsut.

Et pour ceux qui peuvent visionner les vidéos, voici la seconde surprise de cette semaine :

La Capsule vidéo Polar School #2 : À vos Polar-masques !

Ballade hivernale, la cueillette du siècle 

15

Pour réaliser ces masques, je me suis baladée entre les maisons du village et voici le résultat de ma cueillette.

16

Comme vous pouvez le voir, la nature a beaucoup à offrir même dans les endroits les plus hostiles de la planète.

Il y a notamment ces petites baies noires qui ressemblent à des myrtilles. Comme vous pouvez le voir sur la photo, elles sont présentes même en hiver. Par contre, gourmande de fruits comme je suis, ce fut avec envie que je laissa mes petites dents croquer dans ces petites baies. Le terme « croquer » est le terme adéquat car ces petits fruits sucrés sont gelés ! Ces baies s’appellent Crowberry ! Les branches de cette plante donnent une odeur très agréable lorsque nous la brûlons. Je me réjouis des barbecues au printemps ! Il parait que cet aromate se marie très bien avec la morue grillée !

Et vous, qu’avez-vous autour de vous pour créer de jolis masque des animaux polaires ?

Les couleurs nocturnes d’Oqaatsut.

La nuit approchant, le village offre un nouveau visage aux couleurs incroyables. Voyez par vous même, la vue est assez grandiose et colorée même en pleine hiver. Ici au Groenland, le vent est l’artiste. Il rase les reliefs et la roche brune se voit souvent recouverte de plusieurs langues de neige dures comme le marbre, dont la longueur varie suivant la taille des rochers.

17

Le soleil se couche, on rentre au bateau ?

18

Le soleil se couche dans les eaux gelée au large d’Oqaatsut. L’étendue blanche du tapis de neige du village étincelle comme du feu, les rayons obliquent aux teintes oranges, roses et violettes avancent à tâtons pour devenir rougeâtre.

18bisbis

Les icebergs scintillent sur cette horizon épatant, comme s’ils voulaient me confier quelque chose, à moi seule. Je suis conquise.

18bisbisbisb

La nuit s’approchant, je me rappelle qu’il faut retourner au bateau.

19

De retour au bateau, je discute avec Paul et Baptise de ce village aux multiples couleurs. Pour vous décrire au mieux cette vie de villageois au Groenland et ne pas écrire des bêtises, j’ai pensé que l’idéal serait de vivre directement au sein de ce village. Mon projet d’investigation pour les enfants de France plaît à l’équipage. Je décide de vivre une aventure pour vous : expérimenter pendant une semaine la vie dans une maisonnette du village. Et oui, pour la Polar Week 6, je serai votre envoyée spéciale pour une édition spéciale « le béaba d’un village groenlandais» .

Pour la Polar Week 6, nous enfilerons ensemble nos méga boots pour marcher de maison en maison et vivre l’aventureux quotidien du petit village d’Oqaatsut.

Takuss tout le monde !


Le Polar Dico #1 :

Après plusieurs heures de pratique en Groenlandais, je vous livre mes quelques mots préférés.

Pour papoter :

bienvenue : tikilluarit
salut (bonjour) : aluu ( alou)
magnifique : kusanaq (kousanaq)
merci : qujanaq (rouyanaq)
cool : toorak
à plus tard : takuss (takouss)

Pour décrire :

maison : illu ( i-ch-lou)
neige : aput ( apout)
glace : siku
iceberg : iluliaq
soleil : serineq
le temps (météo) : sila
le froid : issi
des fleurs : naasut

Pour l’atelier « Polar-Masque »:

un masque : kiinarpak
ours polaire : nanoq
poisson : aalisakkat 
renne : tuttu 
lapin : kaniina
baleine à bosse : arfiviq
phoque : puisi, natseq
narval : qilalugaq qernertaq
beluga : qilalugaq qaqortaq
morse : aaveq
requin : eqalussuaq
crevette : raaja
chien groenlandais : qimmeq
boeuf musqué : umimmak
chouette des neiges : uppik

22

Un grand merci tout particulier au caméraman et réalisateur Victor Rault pour les deux capsules vidéos concoctée rien que pour vous lors de son passage à bord d’ATKA.

Victor, pour ATKA Polar Week 6 nous allons vivre l’aventure dans une maisonnette d’Oqaatsut, ça te dit ?