Catégorie : La Gazette ATKA (Page 1 sur 3)

Le retour… takuss le Groenland!

Pour mon dernier jour à Ilulissat, j’ai eu la chance d’assister à la fête de la grande école! Je vous laisse découvrir tout ceci en image… vous allez voir que rien ne change par rapport à chez nous: déguisement, goûter, chansons, danses et sport étaient au programme!

 

Et puis parce qu’il faut bien rentré un jour, j’ai dit au-revoir à chacun de mes petits amis d’Ilulissat, les élèves, Stena, les institutrice, Frederic du parc de l’Unesco, l’équipage d’ATKA, et bien sur ASTA, et le coeur serré, je suis monté dans le petit avion en direction de Reykjavík en Islande… un vol magnifique qui m’a un peu réchauffé le cœur: à seulement 6 personnes dans l’avion et sans nuage, j’ai pu profité pleinement de l »‘incroyable traversée du Groenland (avec un arrêt à Kangerlussaq pour faire plein de fuel): voilà pour les photos de ce vol magique, et du Groenland vu du ciel:

Quelle aventure merveilleuse! Et tout ceci n’aurait aucune valeur sans votre soutien au cours de toutes ces semaines, sans vos travaux splendides que nous découvrons maintenant tous les jours avec stupeur, votre imagination, vos rêves… alors à très vite pour vous revoir, et à bientôt pour d’autres rêves encore plus grands!!

MERCI MERCI QUJANNA QUJANNA!!!

IMG_3185

IMG_2884IMG_3186

*

Polar Week 12 : Ilulissat, Les mystères de la ville des glaces…

En tant que glaciologue, vivant désormais dans une ville prénommée « Iceberg », je ne pouvais que terminer cette aventure en publiant une Polar Week dédiée à toutes ces glaces qui nous entourent au quotidien ! Ensuite il sera temps de vous présenter les derniers échanges avec vos petits collègues groenlandais, et de dire bientôt un grand TAKUSS au Groenland…

PARTIE A : A LA DECOUVERTE DU FJORD ET DU GLACIER

Promenade au bord du fjord à l’origine des icebergs

Vous avez vu sur les photos, quand on arrive avec ATKA dans le port d’Ilulissat, ou qu´on regarde le paysage derrière la ville, on est toujours entouré d’icebergs. Mais d’où viennent-ils, pour qu’il y en ait toujours autant ?

22

Pour trouver la réponse à cette question, j´ai commencé par prendre de la hauteur et emmené Lichen avec moi faire une grande randonnée derrière la ville le long de locéan.

D´abord on croise les chiens de Julien qui sont logés dans un grand champ, des canards, et déjà les premières petites fleurs roses !

23

Bientôt la route se transforme un chemin de planches de bois.

Et autour d’un virage, ouah ! Un magnifique paysage apparait ! Le chemin longe l’océan et il y a plein d’icebergs, absolument géants !!

24

Plus on avance sur le chemin, plus il y a d’icebergs à la surface de l’eau.

25

Et en regardant bien, ils semblent tous venir de tout là-bas au fond… La bas il y en a tellement qu’on ne voit même plus la surface de l’eau !

26

Après deux heures de randonnées, le chemin ne va pas plus loin

27

Qu’est-ce qui se cache donc derrière cette colline?

Recherche d’informations : fjord et glacier

Pour en savoir plus, rendez-vous le lendemain avec les gérants du parc naturel d’Ilulissat. Deux hommes extrêmement sympathiques, à qui j’ai pu poser plein de questions et qui étaient tout heureux d’y répondre pour vous ! On est devenus très amis. Les voici en photo: le gérant du parc et le responsable du site.

28

Voilà notre dialogue, au cours duquel ils m´ont tout expliqué:

« – D’abord  le la zone étroite d’océan remplie d’iceberg que tu as hier vu derrière les collines, ça s’appelle un Fjord.

  • C’est quoi un fjord ?
  • Un fjord c’est une vallée profonde qui a été creusée par le recul d’un glacier, et dans laquelle l’océan c’est engouffré. Tout au fond du fjord il y a donc un glacier !
  • Et c’est de là que viennent les icebergs ?
  • Et oui, au front du glacier, c’est-à-dire là où il s’arrête dans la mer, des morceaux de glace tombent toute la journée dans la mer et se mettent à flotter : c’est la naissance des icebergs!
  • Ca explique tout ! Donc en fait si j’avais pu voir jusqu’au fond du fjord hier, j’aurais découvert un gros glacier, un peu comme sur cette photo ?
  • Tu as tout compris ! »

29Le glacier : c’est de la glace qui s’écoule depuis le centre du Groenland.Les icebergs d’Ilulissat viennent donc des morceaux du grand glacier qui tombent dans l´eau, dans le fjord juste derrière la ville.

Un fjord inscrit au patrimoine de l’Unesco

Mais le fjord d’Ilulissat n’est pas n’importe quel fjord ! Il est connu dans le monde entier, car c’est le fjord où sont produits tous les ans le plus d’icebergs au monde !!

J’ai ainsi appris que le glacier s´appelle Sermeq Kujalleq.

Que le fjord fait 70km de long, 5km de large et + de 1000m de profondeur à certains endroits ! C’est un des glacier les plus rapide du monde !

Production annuelle d’iceberg par le glacier : 46 km3 de glace = assez pour couvrir la consommation en eau des USA pendant 1 an, soit environ 40 000 iceberg/an.

Et 85 % d’iceberg que l’on trouve dans l’Atlantique Nord provienne de ce fjord !

S’il y a un fjord c’est donc que le glacier a reculé ?

Et oui ! Le front du glacier a reculé au fond des terres durant ces 20 dernières années, et il recule de plus en plus! En 10 ans à peine les gens d’Ilulissat ont pu voir le glacier reculer de plus de 20 km !!

Les limites du front ont été tracées sur cette photo aérienne depuis 1850 :

30Pourquoi le front du glacier recule ? Parce qu’il fait plus chaud que dans le passé, et à mesure que la température augmente, la glace du glacier devient plus fragile et fond, il y a de plus en plus d’icebergs qui se cassent dans l’océan, alors le glacier diminue.

Conséquences pour les habitants

Plus le temps se réchauffe, mois il y a de banquise en hiver, plus le glacier recule, et donc plus il forme de nouveaux icebergs : ces dernières années en conséquences, il est beaucoup plus difficile en hiver pour les pécheurs d’aller pêcher dans le fjord en marchant sur la banquise, car elle est fragile, moins étendue, et parce qu´il y a plus d’iceberg à cet endroit ce qui fragilise la banquise : ils peuvent la casser. Les pécheurs doivent donc prendre leur bateau pour pêcher plus loin, et les chasseurs doivent faire attention en marchant sur la banquise. En revanche la banquise dure moins longtemps alors les pêcheurs peuvent utiliser leur bateau tôt au printemps ce qui est bon pour eux car ils sont très efficaces pour attraper des poissons avec leur filet.

PARTIE B : Les ICEBERGS

Nous avons donc perce un premier mystère : nous savons comment et où sont formes les icebergs qui naviguent autour Ilulissat. Pourtant quand on regarde ces monstres scintillants dernière moi, on sent qu’il y a encore beaucoup de choses à découvrir à leur sujet !  Pour ça, rendez-vous sur l´eau !

31

Cycle de vie d’un iceberg

La naissance :

Comme on l’a dit compris, un iceberg nait quand un gros morceau de glace se détache du front d’un glacier et tombe dans la mer : la glace se met à flotter, un iceberg est né ! Ça s’appelle le vêlage de l’iceberg.

2

A leur naissance les icebergs peuvent être petits ou énormes, et avoir des formes complètement différentes : Bref les icebergs sont plus beaux les uns que les autres!

Quelques exemples au fil de notre navigation :

20

Quand ils sont traverses par un trou on dit qu´ils forment une arche.

19

Quand ils ont une forme de grand plateau avec les bords verticaux comme des falaises, on appelle ça un iceberg tabulaire.

3

Le voyage : de très grands voyageurs

Une fois dans l’océan, l’iceberg va se laisser porter par les flots et les courants marins : il va dériver, c’est-à-dire être emporter loin de son lieu de naissance. Les icebergs créés à Ilulissat s’en vont soit vers le Nord, soit au Sud du Groenland, et ensuite descendent parfois jusque dans l’océan Atlantique!

La carte suivant représente les lieux les plus au Sud que des icebergs venant d’Ilulissat ont atteint ce dernier siècle, certains au large de la France !

4

Début de fonte et basculement de l’iceberg

A mesure qu’il voyage, l’iceberg va subir la pluie, la neige, le vent, l’effet du soleil, et des vagues. Tout ça va le faire fondre, se casser, sa surface va se lisser, s’arrondir, on dit qu’il est érodé. L’iceberg va donc devenir de plus en plus petit.

5

En changeant de forme il perd son équilibre, et il arrive souvent que les icebergs basculent petit à petit d’un côté, ou alors même que tout d’un coup  ils se retournent complétement : ce qui était caché sous l’eau se retrouve alors à la surface, et inversement.

Par exemple sur la photo ci-dessous, on voit bien que l’iceberg a basculé: à droite c’était la partie qui était sous l’eau avant qui est toute lissée par les vagues, et à gauche c’était la partie émergée. On observe que la partie sous l’eau était bien plus longue que la partie à l’air !

6

Et ils continuent à fondre, à se casser, deviennent de plus en plus petits…

8

7

Fin de vie d’un iceberg

Au bout d’un moment, les icebergs ont tellement fondu qu’ils deviennent aussi petits que des glaçons, et finissent par fondre complètement et disparaitre dans l’océan : les géants de glace ne sont plus que de l’eau douce ajoutée aux océans !

9

Les icebergs sont des grands cachotiers !

Je suis sûre que certains de vous le savent déjà : quand nous regardons un iceberg, nous n’en voyons qu’une minuscule partie !! En fait 80% de l’iceberg se trouve en dessous de l’eau ! Incroyable d’imaginer comme ils sont géants sous l´eau !

10

Voici une maquette que l’on peut observer au musée d’Ilulissat, et qui représente une scène de pèche sur la banquise, avec aussi ce qui se passe en dessous de l’eau: on voit comme la partie immergée de l’iceberg est beaucoup plus grande que celle qui sort hors de l’eau !

Mais alors, si la partie cachée de l’iceberg est énorme ça pourrait être dangereux pour les bateaux… Ils ne risquent pas de s’y cogner en passant trop prêt ??

Bien sûr que si! Et ce n’est pas le seul danger dû aux icebergs !

Pourquoi sont-ils dangereux ?

Collision : Cas du Titanic : un iceberg venant d’Ilulissat

Vous avez tous entendu du Titanic ? Cet énorme paquebot qui se cogna contre iceberg en 1912 et dont presque tous les passagers, soit des milliers de personnes, ont péri dans le naufrage ? Et bien on sait maintenant que l’iceberg qui causa cet accident venait en réalité du fjord d’Ilulissat !!

11

Il avait été formé 2 ans auparavant et il voyageait depuis tout ce temps dans l’océan. Sa glace était âgée de 15 000 ans, sa taille était d’environ 300 pieds de long pour 80 pieds de haut.

Voilà pourquoi aujourd’hui les marins ne dorment jamais quand ils voyagent au milieu des icebergs, il y a toujours quelqu’un qui fait le guet pour ne pas se cogner et risquer de couler.

Des tsunamis d’iceberg

Quand je me promenais donc le long du fjord, j’ai remarqué ces panneaux bizarres :

12

Traduction : « danger extrême : ne marchez pas sur la plage. La mort ou des blessures graves peuvent être causées par un risque de vagues et de tsunami soudains causés par le détachement des icebergs ».

En effet on imagine bien que quand ces blocs énormes se détachent du glacier, cela peut causer des vagues absolument énormes qui pourraient renverser un bateau, ou tout simplement envahir la plage et vous emporter si vous marchez à ce moment trop prêt du bord ! C’est aussi le cas quand des « petits » morceaux se détachent des gros icebergs.

C’est pareil pour les bateaux: il faut toujours rester à distance des icebergs. Mais les marins d’Ilulissat ne font pas attention à ça et prennent tout le temps des risques ! Regarder un peu comme ce petit bateau navigue prêt de ces icebergs énormes !

13Bons cotes : ressources, eau douce, et beauté des yeux !

Cependant les icebergs n’ont pas que des cotés négatifs, ils ont aussi des effets bénéfiques (en plus d´être un spectacle magnifique à regarder):

  • Ils sont fait d’eau douce et peuvent donc représenter une réserve d’eau pour boire et vivre (rappelez-vous sur ATKA durant l’hiver l’eau utilisée à bord venait du petit iceberg bleu qu´on allait couper pour le faire fondre tous les jours !
  • Ensuite lorsque l’iceberg fond, il libère dans l’Océan des petites poussières dont les petits animaux marins peuvent se nourrir : c’est pour ça qu’on voit souvent plein d’animaux autour des icebergs (baleines, oiseaux, poisson, algues) car ils trouvent beaucoup de nourriture tout autour.

La couleur des icebergs 

Icebergs bleus ou icebergs blancs ?

Regarder cette photo : vous le trouvez blanc vous cet iceberg ? Moi je le vois plutôt très bleu non ? Et oui, vous l’avez remarquez déjà, la glace est parfois blanche, parfois bleue. Vous savez pourquoi ?

14

En fait pour avoir l’explication, les chercheurs sont allés regarder avec des microscopes à quoi ressemblait la glace quand on la regarde de tout prêt. Et voilà ce qu’ils ont observé :

15

Vous voyez ces petites bulles au milieu de la glace ? Ce sont des bulles d’air. Elles sont piégées dans la glace depuis que celle-ci a été formée sur le glacier par le tassement de la neige.  Et grâce à des phénomènes physiques compliqués, plus il y a de bulles d’air dans la glace, plus la glace apparaissait blanche à nos yeux (ou incolore). Et moins il y a de bulles d’air dans la glace, et plus elle apparait… bleue ! Donc la glace bleue c’est de la glace qui a peu de bulles d’air !

Or les bulles d’air s’en vont de la glace à mesure que celle-ci vieillit. Donc on peut en déduire que de la glace bleue est de la glace…. Très vieille ! Et voilà, vous avez tout compris !

Les autres couleurs des icebergs

On voit aussi d’autres couleurs au milieu des icebergs : regardez par exemple ces grosses bandes marron dans le gros iceberg que voici, qui voyageait autour d’Ilulissat cette semaine :

16

On dirait que la glace est sale ! Ce sont juste des poussières et de la terre, qui se sont déposées sur la glace quand elle était encore accrochée au glacier, et qui sont resté piégés dedans :17

Expérience : à vos glaçons !

Maintenant que vous experts en glace, je vous propose une petite expérience pour fabriquer vous-même vos icebergs et regarder leur influence sur le niveau de l’océan dans lequel ils se trouvent :

C’est tout simple !

Il vous faut :

  • Un bocal en verre transparent
  • De l’eau
  • Des glaçons
  • Une règle
  • Un crayon feutre pour écrire sur le bocal

Le bocal représente l’océan arctique

  • Remplissez le bocal à moitié d’eau : vous avez créé un océan
  • Mesuré avec une règle la hauteur d’eau dans le bocal, et faites une marque au feutre sur le verre qui montre le niveau de l’eau.
  • Maintenant ajoutez quelques glaçons : vous avez mis des icebergs dans l’océan !
18
Observez ce qui se passe et essayez de répondre aux questions suivantes :
    • Est-ce que mettre un nouveau glaçon dans le bocal fait augmenter le niveau de l’eau ?
    • Est-ce qu’il y a une différence du niveau de l’eau avant que le glaçon ait fondu et après qu’il ait fondu ?
    • Conclusion : si le réchauffement climatique provoque plus de création d’iceberg est-ce que le niveau des océans va augmenter ?
    • Si on ne rajoute pas de nouveaux icebergs mais que tous ceux qui sont dans l’océan fondent est-ce que le niveau de mers va augmenter ?

    Bravo, cette fois vous êtes des vrais glaciologues !!

    Les rêves des enfants au Groenland…

ATKA, le projet du voilier qui réalise tous les rêves, après avoir pris notes de tous les vôtres, ne pouvait se terminer sans un petit clin d’œil aux rêves des enfants d’ici…

CLIQUEZ ICI  pour les découvrir !

Polar Week 11 : Plongée dans l’art inuit

Aluu à vous mes petits Inuits en herbe ! J’espère que tout le monde va bien. Nous entrons maintenant dans les dernières semaines déjà du projet ATKA Polar School, que le temps vite ! Bientôt il vous faudrait rendre vos carnets de voyage. Je vous félicite déjà car tout ce que nous voyons de vos travaux est vraiment créatif et magnifique ! Merci !

Mais en attendant, il y a encore beaucoup à découvrir ici, alors profitons de ces dernières semaines pour apprendre encore plein de choses sur le Groenland, tout en nous en mettant plein la vue !

Avant de comencer des petits cadeaux: jai enfin reussi a charger la video des alentours de notre lieu dhivernage avant de partir, regarder un peu ce soleil printanier et comme tout est serein et rayonnant!

Et aussi la video de la visite du bateau par les eleves la semaines derniere: toute lattention etait portee sur monique la poule de notre voisin!

Nous avons jusqu’ici beaucoup parlé des paysages, des animaux, des aventures à l’extérieur et de sciences aussi, nous avons observé comment les groenlandais vivaient, mais nous avons encore très peu parlé de la culture inuit, et notamment de l’art. Pourtant l’art inuit est développé et renommé depuis des siècles, et complètement typique de ce pays !

Alors par un jour trop froid pour partir en promenade, je suis allée faire un tour au musée d’Art d’Ilulissat, puis à l’atelier d’art local … on y va ?

  • Visite du musée d’art Inuit d’Ilulissat

D’extérieur le musée d’art est une grande maison traditionnelle ancienne rouge très élégante qui fait face au port.

Image11

Au rez de chaussée, on trouve tout d’abord les galeries de peinture des anciens peintres inuit. Le plus renommé est Emmanuel Petersen, des années 1920. Comme vous voyez sur les photos les tableaux représentent des scènes de la vie quotidienne au Groenland : la pèche, la chasse, l’hiver, les paysages, etc…

Image12

Au premier étage, on passe aux créations modernes. Cette semaine il s’agissait de trois expositions différentes :

D’abord des tableaux mélangeant peinture et collages avec comme thème « l’art exotique »

IMG_2359 (Copier)

Puis des ronds de papiers représentant pour toutes les saisons un paysage et le cycle du soleil durant une journée : c’est une manière très belle et très intéressante de montrer les différences énormes du soleil et des paysages suivant les saisons au Groenland.

Image4

Et enfin ce dont je voulais surtout parler aujourd’hui : dans une vitrine se trouvent plein de statuettes et de masques étranges …

Comme vous le voyez la plupart de ces petites statuettes sont blanches; En regardant de plus près les étiquettes on apprend alors que la plupart sont sculptées dans des bois de rennes !

Image3

Il y aussi quelques pièces rares, comme ce couteau sculpté dans un os d’ours blanc !

IMG_2341 (Copier)

Les statues noires sont faites en roche volcanique :

Image2

Les visages sombres sont faits de morceaux de bois trouvés dans les rivières ou l’océan

Image1

Ou encore ce visage d’inuit sculpté directement dans de l’os de baleine…

IMG_2346 (Copier)

On sait donc maintenant que l’art inuit existe depuis des siècles et des siècles, et qu’il s’agit à l’origine de sculptures effectuées dans les matériaux naturels du pays : les bois de rennes, les os d’ours, de baleine, les roches, le bois dérivant ; et aussi les dents de phoques, de béluga, ou les cornes de narval quand on en trouvait.

Aujourd’hui cet art des sculptures continue de plus belle, pour des expositions, mais surtout pour fabriquer des souvenirs que les touristes peuvent acheter.

Mais qui les fabrique et comment ??

  • Visite de l’atelier des artisans d’art inuit

Dans la ville d’Ilulissat se trouve un atelier où des artistes fabriquent tous les jours ces petites statuettes ensuite vendues aux touristes dans les différents magasins de la ville.

Je suis allée y faire un tour pour vous… allez, on entre ?? Attention aux oreilles et aux narines car l’odeur de bois de renne chauffée y est très forte, eurk !!

Comme vous voyez il y a du monde, et chacun a sa spécialité ! Mais presque tous utilisent comme matériau de base les bois de rennes. Brut ça ressemble à ça :

Image9

Et ensuite ça devient de petits bonhommes ou des bijoux de toutes sortes !

Alors comment font-ils ?

Vous voyez la dame brune aux cheveux courts ? Elle s’appelle Stina, et elle est vite devenue mon amie. Elle m’a expliqué plein de choses, comme par exemple que parfois les bois de rennes ont une couleur rosée : c’est parce qu’ils ont creusé le sol pour manger des baies les gourmands !

Image7

Elle m’apprend aussi à reconnaitre les hommes des femmes dans les statuettes : Regardez, les femmes sont celles qui ont un habit qui finit en forme pointue devant alors que les hommes ont un habit qui finit tout droit :

Image10

  • La légende des Tupilak…

Mais bien sûr dans tout art se cache aussi des histoires, des mythologies, des légendes… et au Groenland, les anciennes légendes parlent toutes des Tupilak… et ces toupilaks sont beaucoup représentés aussi dans les sculptures : regardez, ils ressemblent à des totems avec des visages étranges et souvent menaçant !

Image8

Mais c’est quoi un TUPILAK ??

C’est en allant visiter le musée de l’histoire d’Ilulissat avec la classe des grands que nous avons trouvé la réponse…

IMG_3526 (Copier)

Dans les temps très anciens, une légende raconte que certaines personnes qui avaient un énorme pouvoir, étaient capables de créer un esprit tueur, méchant, appelé le Tupilak, qui avait pour travail d’aller tuer la personne de leur choix. Une fois que la personne était morte le Tupilak disparaissait.

Pour faire venir le Tupilak, on construisait un totem, fait de différents os, de boue, d’algues, et surtout, il devait contenir une chose appartenant à la personne qu’on voulait tuer. Tout ça était ensuite protégé par dans une peau d’animal. Puis on devait amener en secret le Tupilak au bord d’une rivière ou d’un lac, et énoncer une formule magique tout en enterrant le Tupilak dans le sol ou en le jetant dans la mer.

Mais ça ne fonctionnait pas à tous les coups !

a

Pas d’inquiétude, aujourd’hui tout ceci n’existe plus, et les milliers de Tupilak fabriqués ne sont là que pour faire dépenser les sous des touristes !

Un cadeau pour vous !!

Décidément vous avez beaucoup de chance ! Stina est tellement gentille qu’elle vous a fait un cadeau : elle nous offre ce gros morceau de bois de renne dans lequel elle a sculpté elle-même des animaux !! A découvrir bientôt dans vos classes lors de mon retour !

b

Qujana Stina !

Bonus cuisine :

Apres tout la cuisine est un art !

Cette semaine avec la classe d’Ane nous avons fait un atelier cuisine française : je leur appris à fabriquer du pain, du bon pain comme chez nous…. Atelier pain et vocabulaire à découvrir ici :

Atelier Pain !!

IMG_3904 (Copier)

Un peu de lecture ??

La littérature est un art aussi…. Et les dessins animés préférés des enfants sont universels !!

IMG_3411 (Copier) IMG_3408 (Copier) IMG_3403 (Copier)

 

Correspondance

Chose promise chose due!

Première lettre pour vous les enfants!

Lire la suite

Visite surprise sur ATKA !!

Aluu tout le monde!!

Une belle surprise pur vous en ce jour estival à Ilulissat qu’il fallait que je partage tout de suite avec vous ! Alors qu’ATKA est rentré à quai depuis deux jours, j’ai pu organiser une visite du bateau commentée par l’équipage pour deux des classes avec qui on travaille à Ilulissat, celle des enfants de 7 ans et celle des grands de 13 ans !

Ce matin donc, rendez-vous à l’école où j’ai pu assister à la récré : comme vous voyez sur les photos, les jeux vont bon train et l’école est très grande ! Football, échelles de cordes, criquets et bavardages, bref ça ressemble à une cours d’école de chez nous…

Ensuite on se met en route, d’abord avec la classe des plus jeunes et avec leur maitresse Ane. Ane est adorable, elle a cuisiné un gros gâteau groenlandais juste pour l’équipage d’ATKA !

Quand on arrive au bateau, les enfants sont déjà émerveillés de voir comme il est grand ! Brieuc est là avec Fred et le reste de l’équipe pour nous accueillir. On organise deux groupes : les premiers descendent l’échelle en fer qui mène jusqu’au bateau et vont visiter l’intérieur du bateau, pendant que les autres assistent à un exposé (avec les gestes et quelques mots groenlandais et des photos) sur le voyage du bateau, que l’équipe à préparé. Et ensuite, on échange !

Mais il y a une autre surprise… le bateau qui est garé juste à côté d’ATKA (vous voyez, avec le mat vert) c’est le bateau de Guérec… Guérec est un jeune navigateur breton qui lui aussi a hiverné au Groenland cette année, tout seul sur voilier avec … une poule !

Sa poule Monique est son animal de Compagnie, vous en avez peut être entendu parlé ? Bref il est devenu notre ami, et ce matin Monique a montré son bec et est venu dire bonjour sur ATKA… les enfants étaient aux anges, car ici il n’y a pas de poule !! Monique a eu droit à plein de caresse et a été la star de cette matinée ! Merci Guérec !

Puis ce fut le tour de la classe des plus grands, qui eux aussi ont eu le droit à leur visite du bateau et au déhanché de Monique, pour leur plus grande joie.

Tout le monde est repartit le sourire aux lèvres, et nous tous avons aussi beaucoup apprécié cette belle visite.

Merci à l’équipage et aux institutrices d’avoir animé et rendue possible cette visite !

Plein de photos pour vous où vous pouvez découvrir les visages de vos collègues groenlandais en train de visiter ATKA…on vous fait à tous un gros coucou !

Correspondance : préparez vos lettres !

Petite suggestion : nous allons essayer de préparer avec les clases d’ici des lettres que je vous enverrais sur le blog, où les enfants vont vous écrire pour faire connaissance et commencer un échange direct avec vous avant que l’aventure ne finisse… si ça vous dit, tenez-vous prêts, envoyez moi vos lettres (une par classe ou plusieurs), je leur transmettrais dès que possible ! (et je traduirais…).

Envoyez moi aussi des nouvelles de vos créations (ou sur la box), j’ai trop hâte de pouvoir les admirer et les partager !

TAKUSS !!

A dans quelques jours pour la vraie POLAR WEEK !

Daphné

 

La spéciale Polar Week « BRISONS LA GLACE » !

Aluu tout le monde,

Pour cette polar week, laissez moi vous conter l’histoire d’une sortie de glace en plein Arctique.

Depuis des semaines, du haut des montagnes autour d’ATKA on peut voir et sentir le vent polaire se balader dans la baie. Ça produit toujours son effet…comme les nuages, les ombres filent sur la mer et les particules d’eau à la surface se laissent caresser. Le vent appelle le voilier à naviguer…

ATKA, où es tu avec tes belles voiles  ?

P1120269

Là bas au creux de l’île Açacaille, dans la tourmente des eaux gelées, balancé entre mer et glace, ATKA patiente.

Une étendue de glace colossale d’une soixantaine de centimètres d’épaisseur sépare ATKA de l’eau libre.

1/ Le défi gelé

80 mètres nous séparent de l’océan libre. Une idée a germé : sortons ATKA nous même ! L’équipe d’hiver doit rentrer en Europe et laisser sa place à l’équipe d’été. Rejoindre Ilulissat avec ATKA, les jours sont comptés, nous en avons 3 !

Notre objectif : libérer ATKA des glaces en 3 jours… En d’autres termes, nous voulons ouvrir le chemin pour ATKA et lui rendre toute sa liberté de voilier polaire. 

 Haut les coeurs, l’équipage au complet est motivé.

Pour réussir notre défi contre la nature gelée, nous rassemblons notre équipage composé de 6 têtes têtues. Il faut bien ça pour défier la nature. J’ai nommé :

Baptiste (alias « Bro »), le tout jeune capitaine des glaces d’ATKA,

Paulo, le second marin, la crème d’ATKA,

Brioli (alias Brieuc) le nouveau capitaine pour naviguer, la relève. Les yeux pétillants, il s’embarque avec les hivernants comme s’il était là depuis le début. Immersion parfaite !

Marie-Nooooooo ! la femme des océans, la spécialiste du kayak, la femme au sourire authentique et dynamique. Elle est là pour trois semaines, bienvenue à toi « Dauphin Vert ».

Sarah, la camérawoman au positivisme de folie parée à utiliser ses bras, à tout filmer et photographier. Merci pour toutes tes photos Sarah !!! 

Anne-Claire, votre exploratrice polaire, plus dynamique que jamais !

Vous avez toujours rêvé d’assister à la sortie des glaces d’un voilier après 7 mois d’hivernage. C’est parti ! 

2 / Sortir un voilier des glaces, mode d’emploi !

Sortir ATKA des glaces signifie qu’il faut que notre maison-bateau devienne totalement bateau. Qu’il quitte cette plaque de banquise épaisse de soixante centimètres ! 

Nous devons créer un chemin dans les glaces pour ATKA. Pour se faire, une seule technique : utiliser des tooks pour casser la glace à la force de nos bras.

L’idée est lancée, Sarah et Paulo commence à dessiner sur la banquise nos futures zones de « tookage » intense.

Voici LA recette pour réussir une sortie des glaces comme ATKA :

Du jamais fait, du jamais vu !

Ingrédients

– une équipe de tonnerre qui persévère pour réussir les rêves les plus fous

– un took par personne (empruntez des tooks à vos amis groenlandais si nécessaire)

– de l’eau d’iceberg pour s’hydrater régulièrement (n’oubliez pas d’aller faire le plein d’icebergs avant, de les faire fondre sur votre poêle et de remplir les bouteilles)

– une bonne dose d’histoires rocambolesques à raconter

– aimer chanter sur n’importe quoi…

– L’ingrédient clef : être une équipe soudée !

1/ Réalisez un tracé avec votre pelle ou vos bottes pour définir les contours de votre plaque de glace à casser. L’idée étant de créer un chenal ou chemin d’eau libre pour le bateau, il faut adapter la largeur de ce chemin en fonction de la largeur du bateau. C’est la phase « pré-découpage ».

2/ Puis la phase trou-trou-trou démarre. Munissez vous d’un took adapté à votre taille. Trop petit, vous subirez le lendemain la souffrance des courbatures dans le bas du dos. Croyez-en l’expérience ! Took en main, rassemblez vos hommes et c’est parti pour trouer la glace ensemble. Trou par trou, vous allez poinçonner les contours de votre plaque, bord par bord. En moyenne, 1 trou vous prendra 2 à 3 minutes. Entre chaque trou se créé un pont de glace.

Les trous terminés sur chaque bord du chenal, il faut casser l’entre-trou, c’est à dire les ponts de glace.

SAR_0335

Avec Paulo, Baptiste, Sarah, Brioli et Marie-No, ça took du tonnerre !

3/ Les ponts cassés, la plaque peut être éjectée du chenal…Ce moment de libération est une vraie récompense nous offrant de l’énergie pour recommencer une autre plaque.

4-1024x681

 

4 / La sortie : C’est alors après 25 heures de took intenses que nous sommes enfin fiers de notre travail :  le chenal est prêt, ATKA peut sortir. BRAVO !

_MG_1455

_MG_1444

5/ On redémarre ATKA ?

6/ Le départ. Après avoir organisé le bateau pour qu’il puisse à nouveau naviguer. Nous quittons ce lieu d’Hivernage. Nous quittons l’île Àçacaille !

L’euphorie à bord nous empare, nous vivons un moment magique, indescriptible.

Enfin libre, c’est un nouveau chapitre pour ATKA et son équipage. Tout le village est là pour nous saluer, nous sourire. Ils savent ô combien cette sortie en équipe était importante pour nous. Sarah a tout filmé, vous le verrez en film l’hiver prochain à la sortie du documentaire d’ATKA.

_MG_1911

ATKA est à nouveau un voilier, la grande classe !

3 / Takuss l’hivernage, Aluu l’été

Même gelée, cette mer et cette baie nous ont appris que cet environnement hostile contenait la vie, qu’elle est réserve inépuisable de vérités essentielles et d’énergie de folie !

Ce qui est sur c’est que cette équipage est incroyable. En sortant de cet hiver, chaque personne a chargé son sac à dos d’aventures et de rêves réalisés. Sur ATKA, nous nous sommes éloignés de la frénésie du quotidien pour une vie plus simple et plus proche de la nature. Ouvrez le sac de chaque personne embarquée et vous trouverez cette énergie folle, des liens humains forts pour la vie, des vies de nuits polaires et de sourires lumineux, des vies à l’aube de la vie, des vies sur la glace !

Une sortie des glaces de Brio, de Brillant, de Bravo…

Merci l’Arctique, merci ATKA !

Takuss,  JE RENTRE EN FRANCE, 

anne-claire

Polar Week 10 : La vie renait au printemps…

Mon numéro de téléphone groenlandais pour un polar phone ? : +299 23 91 78

MOI (Copier)

Depuis que je suis arrivée sur le bateau et que je promène dans les alentours, je vois le paysage changer tous les jours de façon surprenante ! En effet les températures ont augmenté très rapidement, et la neige qui recouvrait tout quand je suis arrivée s’est mise à fondre sous le soleil, qui chauffe et brille presque tout le temps maintenant. Et à mesure que la neige fond, elle me révèle des magnifiques surprises …et si nous allions découvrir ensemble à quoi ressemble l’arrivée du printemps autour d’ATKA ?

  1. Bye bye la banquise

Bien sûr le signe le plus important du réchauffement du printemps au Groenland, c’est la fonte de la banquise. Autour d’Atka de jour en jour la neige a disparu de notre plaque de glace, toute fondante et molle l’après-midi en pleine chaleur.  Et puis au bord de la banquise de petites plaques se détachent petit à petit tous les jours… mais c’est Anne-Claire qui vous racontera comment ATKA sortira des glaces !

a (5) (Copier)

2. La fonte des neiges

A mesure que la neige fond, elle se transforme en eau liquide qui commence à s’écouler partout : elle forme des gouttes, puis des mini rivières ou petits torrents qui s’écoulent sur les collines jusqu’en bas dans l’océan.

a (2) (Copier)

Ca fait des bruits de glouglou qui chantent à nos oreilles avec une grande gaité, on entendant jamais de tels bruits chantant durant l’hiver ! Ecoutez plutôt, j’ai enregistré cette musique pour vous sur la colline à côté du bateau :

 

Et la glace qui recouvrait  tous les petits lacs présents dans nos collines commence à se casser et à se transformer en eau elle aussi.

a (4) (Copier)

Bientôt tous les lacs seront redevenus des vrais lacs d’eau douce, et leur couleur bleue commence à apparaître, c’est très beau cette première tache de couleur au milieu du blanc !

LAC (Copier)

Et quand la neige disparaît complètement du sol, elle laisse apparaître lentement ce qui se cachait sous cette couche blanche…à votre avis qu’est-ce qui pointe son nez ??

La végétation bien sûr !

3)  Découverte de la « Toundra »

Vous pouvez me croire, il y a une vraie émotion à voir soudain apparaître, après tant de jours glacials, des petites feuilles colorées qui trouvent leur chemin à travers les derniers moreaux de glace ! Elles ont su patienter tout l’hiver à l’abri des tempêtes sous la neige !

PLANTE (Copier)Apparition des feuilles à travers la glace sur les rochers

Et de jour en jour, c’est tout un tapis de plantes qui se découvre sous mes pieds !

a (2) (Copier)Apparition de la végétation à la place de la neige

Tellement épais parfois que quand on marche dessus on a l’impression de marcher sur un matelas ! Un matelas multicolore, allant du vert au rouge en passant par de beaux oranges, quelle palette magnifique ! Qu’est-ce que ce sera quand ces plantes se mettrons à fleurir ! Et puis il y même des espèces de myrtilles, dans quelques mois elles seront bonnes à manger !

« Et vous, quelles plantes ou fleurs avez-vous vu réapparaitre ce printemps?? »

Avez-vous remarqué que toutes ces plantes poussent au ras du sol ? Ce type de végétation est typique aux environnements polaires. On appelle cet ensemble la TOUNDRA. Ça signifie «  terre sans arbres » dans la langue des populations de Sibérie.

Et pourquoi les plantes sont toutes petites dans la toundra ?

  • Tout d’abord parce qu’il n’y a que très peu de jours dans l’année où il fait assez chaud et ensoleillé pour que les plantes puissent pousser, du coup elles n’ont pas le temps de beaucoup grandir.
  • Et ensuite à cause du vent bien sûr ! En restant près du sol les plantes savent qu’elles sentiront beaucoup moins les vents forts que si elles étaient hautes. Pas bêtes !

a (3) (Copier)Tapis de plantes : la toundra

  • Dans la toundra on peut trouver au total plus de 2000 espèces de plantes, qui forment ces luxuriants tapis multicolores dans lesquels je me promène !Et à votre avis, à qui va profiter cette belle végétation …??Aux animaux, qui vont pouvoir la manger !
  • 4) Le retour des animaux migrateurs
  • Par exemple les rennes se régalent de ces mousses, et c’est pour ça qu’on voit les rennes surtout en été ici. J’espère que je pourrais en voir bientôt alors !Moi c’est le chant d’un animal très gracieux qui a fait sonner dans mes oreilles le retour du printemps : un tout petit oiseau, dont j’ai entendu le chant en me promenant autour d’Oqaatsut… je scrute les environs, et soudain je l’aperçois sur un joli kern de rochers, à chanter tout son bonheur d’être de retour : tout blanc avec du gris et du noir sur les ailes : un bruant des neiges ! Regardez-le plutôt sur ces photos !

a (6) (Copier)Mon premier bruant des neiges

Charmé par ce nouveau chant, je l’ai enregistré pour vous : écoutez-le !

Les animaux qui, comme notre bruant, partent passer l’hiver dans des régions plus ensoleillées et reviennent au printemps sont appelés des animaux migrateurs.

  • « En France aussi il y en a des oiseaux migrateurs. Vous en connaissez ?
  • 5) Activité herbier/peinture
  • Afin de ramener avec moi un souvenir de ces plantes du Groenland, j’ai décidé de construire un HERBIER ! Peut-être que vous en avez déjà fait ?Matériel nécessaire : des plantes fraiches, un sac plastique, un cahier, des ciseaux, du scotch, un livre sur les plantes, un tas de livres très lourds et… de la patience !Etapes de construction :
    • Ramasser dehors toutes les sortes de plantes et de fleurs différentes que veut étudier en les mettant dans un sac plastique.
    • A la maison, scotcher les différentes plantes et fleurs dans les pages d’un cahier
    • Chercher le nom de la plante et l’écrire à coté
    • Fermer le cahier, prendre un tas de livres très lourd (idéal le dictionnaire) et les poser sur le cahier pour écraser et sécher les plantes.
    • Au bout d’une ou 2 semaines environ regarder si tout est bien sec.

    Ainsi vous pourrez garder ces plantes pendant des années !

a (1) (Copier)Etapes de la construction d’un herbier.

A vous de jouer !

 6) La parole aux enfants

Et à votre avis les enfants groenlandais, qu’est-ce qu’ils aiment faire quand vient le printemps ? Qu’est-ce que les beaux jours représentent donc pour eux ? J’étais de passage à l’école d’Ilulissat cette semaine, et je suis allée poser la question aux élèves de la classe de Léna. On appris plein de mots groenlandais pour décrire le printemps et ils ont tous dessiné ce qu’ils aimaient au printemps ici ! D’ailleurs, ils sont très curieux de savoir à quoi ressemble le printemps en France …

Ici leurs créations : PRINTEMPS GROENLANDAIS

dessins2 (Copier) dessin (Copier)

7) Vocabulaire :

Printemps = upernaaq

Soleil = seqinneq

Fleur, plantes = naasoq

Fonte = aapoq

Arbre = orpik

Baies noires : paarnat

La mer = imaq

Se promener = angalaarneq

La vie = inuunaq

Ciel = qilak

rivière = kuuk

paradis = imaq

Génial, magnifique = nuanneq

Lac = taseq

Chaud = kiak

Chasser le renne = tuttuniarneq

Couleur = qalipaatit

Pourquoi vous aimez le printemps ? = suut upernaaq nuannequtigivai ?

SURPRISE : DES DECOUVERTES CULINAIRES ICI : MIAM

 TAKUSS LES AMIS !

 

Polar Week 9 : La relève des marraines : c’est Daphné qui vous parle!!

Salut tout le monde !… ou plutôt maintenant il faut que je dise Aluu, puisque ça y’est, depuis 10 jours, je suis maintenant au Groenland avec ATKA !

Image5

Cela paraissait bien loin ce voyage lorsque je suis venue vous voir la première fois cet hiver, Anne-Claire venait de partir ou était sur le point, et pour moi il fallait encore attendre de longs mois… et pourtant le temps passe si vite, que me voilà finalement comme prévu déjà arrivée au Groenland pour prendre la relève pour ce dernier mois d’aventure, et permettre à Anne-Claire de rentrer se reposer et venir vous raconter son aventure !

Aujourd’hui je ne vais pas vous réexpliquer tout ce que j’ai découvert, puisque j’ai effectué le même voyage et découvert les mêmes lieux, le même bateau, le même équipage qu’Anne-Claire, et tout ça vous connaissez déjà par cœur ! Mais depuis la France entendre Anne-Claire raconter tout ça paraissait parfois irréel, et pourtant c’est en venant ici qu’on se rend compte que tout cela est bien vrai ! Alors pour vous le prouver, je vais juste vous raconter une histoire, l’histoire de mon voyage et de mes premiers jours dans ce printemps arctique magnifique…

A Atka : il faut y arriver

Vous l’avez compris, Oqaatsut, ce n’est pas la porte à coté, et il faut deux bons jours de voyage pour y arriver : je suis partie le 17 Avril de Tournus en train à midi, pour me rendre à l’aéroport d’Orly à Paris ou j’ai passé l’après-midi. A 22h mon avion décollait pour aller se poser à Copenhague. A mon tour de dormir sur un des bancs confortables de l’aéroport de Copenhague, qui est génial car il est chauffé et  il y a un café ouvert toute la nuit ! Ensuite le lendemain matin, la magie a commencé, puisqu’ à 9h je m’envolait pour 5h de vol environ jusqu’à Kangerlussaq, l’aéroport international du Groenland. J’ai pris un grand bol d’air il faisait froid (- 8°C) mais très beau. Le restaurant y sert des hamburgers à la viande bœuf musqué, cette fois on est bien au Groenland !

Et puis deux heures plus tard enfin, j’embraquais dans un tout petit avion rouge pour une heure de vol magique au-dessus des glaciers er des icebergs par milliers : enfin, on se posait à 13H Ilulissat ! L’aéroport tout bleu est tout mignon, c’est tout petit, il y a des montagnes et de la neige tout autour, et Anne-Claire était au rendez-vous !! Cette fois ça y’est, les marraines sont réunies, on est trop contentes !!

 

Oui mais voilà, le voyage était loin d’être fini ! Apres une heure très rapide en ville, Sarah A. Anne-Claire et moi nous rendions au joli petit port de la ville. Ici nous attendait un petit bateau à moteur, avec à son bord un monsieur inuit à l’air jovial, grand sourire aux lèvres que je ne connais pas encore : c’est Nuka ! Il a mis mes gros bagages sur le bateau et c’est parti, le bateau se lancait en pleine vitesse sur la mer ! J’enfoncais mes mains dans mes moufles car il faisait froid avec la vitesse, et je regardais ébahie défiler devant mes yeux la côte splendide du Groenland… Mais où allait-t-on ??

Image1 (Copier)

Au bout d’une demi-heure, le bateau ralentit. Gelée je me retourne et je découvre une petite plaque de banquise coincée au milieu de deux belles collines enneigées. Sur la plaque de glace il y a un petit zodiac rouge garé, et en regardant plus loin j’aperçois le mat d’un voilier… cette fois le voyage est terminé, le bateau ATKA est ici ! Il faut alors descendre à pied sur la couche de banquise en faisant attention de ne pas mettre le pied à l’eau, on  jette les sacs dans la neige, puis sur un petit traineau en bois garé là. Nuka s’en va, j’ai l’impression d’être un film tellement tout est irréel, je tire mon traineau avec mes sacs dessus. On se rapproche du voilier : c’est bien ATKA, tranquillement posé au milieu de la plaque de glace, le bateau est absolument magnifique ! Autour j’aperçois des gens, et enfin, l’équipage vient à ma rencontre, en chair et en os ! Baptiste, Paul, Brieuc, les deux Sarah sont bien réels et ici eux aussi !

J’entre dans le bateau, on fait la visite, la cuisine, le carré, les deux cabines, c’est tout petit mais tout chaleureux et le poêle chauffe très bien, je peux me réchauffer et m’installer.

 

Image2 (Copier)

Et c’est partit pour ma première semaine sur le bateau !

Très vite je prends les habitudes de la vie à bord et je cours découvrir dès que possible les alentours, le village d’Oqaatsut, et les activités locales…

A Atka : pour manger local :

La première chose à laquelle on pense à bord, c’est le ravitaillement en nourriture. Parce qu’il faut bien prendre des forces pour lutter contre le froid (même si la chaleur arrive), et surtout parce qu’on est tous très gourmands ! Alors je découvre différentes manières de trouver à manger :

  • 1) Aller au magasin d’Oqaatsut qui vend presque de tout (conserves, surgelés, féculents, chocolat, etc) , surtout maintenant que le gros bateau de ravitaillement, qui ne pouvait pas passer en hiver, peut venir de temps en temps et apporter les produits frais qui manquaient (on le voit sur la photo en dessous, c’est le gros bateau rouge).

Donc pour aller faire les courses depuis Atka c’est simple :

  • on marche sur notre banquise,
  • on monte dans notre petit zodiac rouge,
  • on navigue pendant 10 minutes environ jusqu’à Oqaatsut.
  • Là on cherche un endroit où accoster, on attache le bateau et on va au magasin.
  • Pareil au retour.

Quand on va au village on peut en profiter pour ramener nos poubelles, acheter de l’huile pour le moteur, prendre de l’eau à la fontaine ou encore prendre une douche ! Et puis moi j’en profite surtout pour me promener à travers ces maisons colorées toutes plus paisibles et magnifiques les unes que les autres. C’est un petit bout de paradis !

Image4 (Copier)

2) Ensuite quand on est ami avec Nuka comme c’est cas de notre équipe, et il est absolument adorable, il nous offre parfois des gros morceaux de morue séchée dont on découpe des petit bout à tremper dans la sauce soja en apéritif c’est trop bon ! MAMAQR !

3) Enfin, pour notre plus grande joie, vous le savez tous très bien, la meilleure façon de manger la meilleure nourriture groenlandaise, c’est d’aller à la pêche avec Nuka ! Il m’a emmené dès mon arrivée, on est allé relever ses filets de pêche, garnis de dizaines de poissons (flétan et morue). A chaque fois il nous en offre une dizaine, il faut alors vider les poissons, il nous a appris ensuite à découper les filets. Et nos recettes préférées sont alors de manger directement le flétan cru (comme les sushi japonais) avec sauce soja et wasabi, ou de le faire mariner ; Ou alors de cuire la morue au four avec du citron… Bref on ne peut pas faire plus frais, c’est un délice, jamais je n’avais mangé autant de poisson et aussi bon !

Image3 (Copier)

A Atka : on vit et on s’amuse

Durant ces premiers jours j’ai pu découvrir la vie quotidienne au bateau et celle de mes compagnons : Sarah DB toujours l’appareil photo à la main avec qui j’ai fait de très belles promenades, Anne-Claire toujours en train de travailler pour vous ! Sarah A. qui prend soin de nous tous tout le temps, et qui gère toute l’organisation mieux que personne (et joue de la guitare aussi), Baptiste et Paul qui finissent leur hivernage, s’occupent du bateau, jouent au tennis, cousent des pantoufles, travaillent à tout bien mettre en place, Brieuc le nouveau capitaine qui travaille sur le bateau, apprend tout ce qu’il doit savoir pour une bonne relève (et lui aussi fait de la couture sur ses pantoufles).

Image7 (Copier)

Nuka qui vient souvent prendre un café et partager ses histoires. Il chante aussi et joue de la guitare. Le son n’est pas très bon mais écoutez un peu :

 

J’ai pu aussi accompagner Anne-Claire à l’école du village et rencontrer enfin vos camarades, les 4 enfants d’Oqaatsut vraiment très gentils, et Atka la maitresse, adorable ; Je commence à apprendre la langue car ce n’est pas drôle si on ne peut pas se faire comprendre alors maintenant c’est cours intensifs ! TORRAK !

Image3

Vie quotidienne : ballade des chiens au village, coupe de cheveux des filles, tennis, chanson de Nuka, et Brieuc trop heureux de faire une randonnée magique !

 

A Atka : on en prend plein la vue et les gambettes !

Vous l’aurez compris, les beaux jours arrivent et en 10 jours nous sommes passés d’une température de – 10°C à 10°C  en journée ! Il a fait très beau (à part un jour de neige), donc finalement je passe toutes mes journées à gambader dehors pendant que le bateau est encore pris dans la glace ; pour combien de temps ? c’est ce que tout le monde se demande, car maintenant la neige et la glace fondent partout autour de nous ! Alors tous les jours je monte sur les collines de notre ile et je regarde le bateau tout petit tout en bas, sur sa plaque de glace qui diminue. Autour de moi la neige disparait et les plantes apparaissent, mais ça, je vous en parlerais la prochaine fois…

Image5 (Copier)

Il y a trois jours il faisait tellement beau, on est parti avec Anne-Claire, Brieuc et Paul avec le petit zodiac débarquer sur un bout du continent pas loin et on a fait une randonnée de 4h au milieu des herbes, des rivières, des sommets et des lacs gelés. Le Groenland c’est absolument magnifique, des étendues immenses à, perte de vue sans une maison, juste la nature, le soleil, l’océan, la glace, et les oiseaux…

Image6 (Copier)

A Atka : La nuit n’existe plus !

Allez un peu de sciences avant de vous quitter : ce que j’ai découvert aussi en arrivant, c’est que la nuit ne m’avait pas attendue ! Pas question pour moi de regarder les aurores boréales, maintenant, il fait déjà jour tout le temps !! Le cycle du soleil est vraiment étrange ici tout change beaucoup plus vite que chez nous. Je viendrais vous expliquer ce phénomène la prochaine fois (pour l’instant vous avez déjà beaucoup de travail avec tout ce qu’Anne-Claire vous appris cette semaine sur les animaux !!). Alors je vous ai juste dessiné en dessous, un graphique qui représente l’évolution de la durée du jour à Ilulissat depuis que le bateau est arrivé…(le jour c’est quand le soleil se trouve au-dessus de l’horizon). A comparer avec la durée des jours chez vous…

Image2

Voilà il est l’heure de vous quitter ! Vous l’avez compris ma première vraie Polar Week sera pour vous décrire le printemps au Groenland et tout ce changement de saison et de météo apporte de nouveau dans ce pays… TAKUSS tout le monde, je suis trop heureuse de pouvoir à mon tour vous faire découvrir la vie au Groenland !

Polar Week 8 : Aluu les animaux d’ATKA !

Aluu tout le monde,

Nous voilà à nouveau les boots sur la glace autour d’ATKA avec une envie folle de vivre avec vous mes plus belles aventures !

Capture d’écran 2016-04-20 à 20.22.45

Nous nous sommes quittés sur une envie de pêche à la morue. Aventure annoncée, aventure réalisée. Me voilà sur la glace à pêcher de la morue pour notre diner.

Capture d’écran 2016-04-12 à 15.18.10

Capture d’écran 2016-04-20 à 20.38.15

1 / La pêche à Oqaatsut

Même si notre capitaine Baptiste n’aime pas manger de la morue, il a confectionné une canne à pêche pour tous les membres de l’équipage.

Capture d’écran 2016-04-20 à 20.39.57Capture d’écran 2016-04-21 à 17.22.21
Pêcher plusieurs morues peut prendre 5 minutes comme plus d’une heure et parfois cela peut paraître long…mais c’est tellement bon que l’effort en vaut la chandelle.

C’est donc à l’aide de notre belle canne à pêche groenlandaise que nous pêchons de belles morues. Voyez par vous même :

Capture d’écran 2016-04-21 à 16.52.37

Morue et Médupok

Capture d’écran 2016-04-21 à 16.51.49

En parlant de pêcheur, il faut que vous sachiez que tout l’équipage s’accorde à dire que nous avons un vrai héros sur Oqaatsut : Nuka !

Capture d’écran 2016-04-21 à 17.26.32

Nuka est un des hommes du village qui nous aide beaucoup. Nuka est à la fois pêcheur et chasseur et il s’occupe aussi de l’entretien de l’église et de l’école. Nuka comprends que j’aime la mer et pêcher. Assez assez naturellement, lorsque les conditions le permettent il m’invite à bord de son petit bateau de pêche orange pour aller pêcher avec lui. je suis si chanceuse les amis, tellement !


Capture d’écran 2016-04-24 à 21.08.54

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.34.41

À bord de son petit bateau de pêche, nous sommes allés ramasser du flétan et de la morue. J’ai observé avec beaucoup d’attention les techniques de Nuka. J’ai même pris des vidéos que je vous montrerai à mon retour en France en Juin.

Il m’impressionne beaucoup car dans cette ambiance hivernale, il remonte à lui seul pleins de poissons à la ligne et au filet. Super NUKA !

Autour de nous flottent des icebergs. Le temps s’arrête. C’est grandiose !Capture d’écran 2016-04-21 à 20.46.15

Je vous laisse découvrir en image cette pêche miraculeuse !

Capture d’écran 2016-04-24 à 22.10.35

Sarah et Anne-Claire en pleine préparation et nettoyage des poissons. La routine des pêcheuses d’ATKA !

Après avoir effilé ces beaux cadeaux de la mer, Brieuc s’affaire en cuisine pour nous concocter un repas de roi de l’Arctique.

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.48.18

Brieuc en cuisine va démarrer la préparation du poisson

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.47.32

La recette est simple lorsque le poisson est bon : avec un couteau bien aiguisé, coupez des belles petites tranches de poissons crus. Les faire mariner dans un jus de citron et de l’huile avec des herbes, du sel et du poivre. Nous avons trois citrons à bord pour toute la semaine et nous sommes très heureux de l’utiliser pour ce repas de fête. Qujanac Nuka !!!!

Pour en savoir plus sur les morues qui vivent proche d’ATKA, écoutez par vous même la petite capsule audio « ATKA Polar Sound # Morue »


Nous sommes si heureux de manger ce poisson si frais, c’est si bon !

C’est l’occasion de vous présenter Brieuc, le nouveau capitaine d’ATKA qui vient prendre la relève de Baptiste. Lorsque ATKA sera libéré des glaces, c’est Brieuc qui prendra la barre du bateau pour voguer vers de nouveaux horizons polaires.

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.51.57

Brieuc en cale avant. Il vérifie le matériel électrique. A mon retour en France, je vous livrerai une petite vidéo de Brieuc vous expliquant tout ça bien mieux que moi !

2 / Le printemps nous fait craquer !

Avec le retour du soleil, la vie marine se réveille. La mer offre à nouveau tous ses trésors, je souris sur la banquise, prête à découvrir la vie marine proche du bateau.
Attention, maintenant la glace est un vrai puzzle depuis que le soleil est revenu. Rejoindre le village relève du défi. Mais pour aller voir les kids de l’école, rien ne m’arrête.

Le printemps  nous fait craquer et la glace aussi !

Capture d’écran 2016-04-21 à 00.20.54 Capture d’écran 2016-04-21 à 00.25.27 Capture d’écran 2016-04-21 à 00.20.30 Capture d’écran 2016-04-21 à 00.19.49

Ne vous inquiétez pas les amis, je chevauche la banquise de plaque en plaque avec précaution. Depuis des semaines, elle bouge et se transforme. C’est le vent et les courants qui la guide et l’écarte vers le large. Les coups de took sur la banquise permettent de savoir si cette glace de mer supportera notre poids.
D’après Baptiste, un coup franc de took qui traverse direct la glace: namik !

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.40.56

Baptiste dans un igloo.

Si le took ne traverse pas… tu peux y aller. Pour ma part, n’ayant pas la même force que Baptiste ou Paulo, je donne toujours 2 à 3 coups de took pour être sure ! Baptiste et Paul vont eux aussi sur la glace pour aller chercher du pétrole au village avec Vaillant. Ce printemps est une sacrée aventure !
Capture d’écran 2016-04-21 à 00.17.34  Capture d’écran 2016-04-21 à 00.09.18
Nous avons tous les yeux grand ouverts sur cette nouvelle vie. Il faut savoir que même si l’Arctique possède un nombre d’espèces relativement restreint en comparaison de l’immense diversité des tropiques – comme en France par exemple – la biodiversité polaire est toutefois remarquable. Cette richesse montre bien à quel point beaucoup d’espèces sont capables de s’adapter à des conditions environnementales extrêmes.
Je suis contente de pouvoir enfin partager avec vous mes rencontres avec les animaux autour d’ATKA. Voici nos amis les animaux qui nous font de jolis coucou.

3 / Le «  Aluu » des animaux d’ATKA

Tout d’abord, allons voir ce que nous trouvons sur les plaques de glace.

Capture d’écran 2016-04-21 à 17.23.45

3.1 Aluu Puisi
Un joli bébé phoque prend un bain de soleil sur la banquise. Nous passons tranquillement sur la glace et lui faisons un « Aluu ». Petite clin d’oeil entre habitants de l’Arctique, quel bonheur !

Capture d’écran 2016-04-21 à 00.03.44

Voici « Puisi » nageant tranquillement dans l’eau de mer de la baie de Disko. Il doit avoir une sacré fourrure pour combattre le froid. L’eau fait environ 4 degrés celsius.

Capture d’écran 2016-04-21 à 19.26.51

Notre ami Nuka se rapproche en bateau de Puisi pour que nous puissions lui faire un « Aluu Puisi ». Qujanac Nuka, c’était super ! Une belle vie de phoque du groenland l’attend dans les eaux polaires ! Cet amoureux de la glace sera bientôt un beau phoque à la peau tachetée.
Vous avez été nombreux à me poser des questions sur les phoques, en voici une de Thibault :

« Est-ce que les Inuits mangent encore du phoque ? ». Merci Thubault pour cette chouette question.

Ma réponse est assez immédiate : « Aap !! les groenlandais chasse le phoque, le mangent et font aussi des vêtements avec ! Le phoque est une espèce abondante au Groenland. Chasser le phoque est une chasse difficile car cela peut prendre plusieurs heures, à naviguer et marcher dans le froid. Cette chasse est ancestrale. Les groenlandais mangent du phoque comme comme nous mangeons des mammifères que nous avons chez nous (moutons, cochons…). Il faut que vous sachiez que les groenlandais ne mangent pas de bébés phoques, bien évidemment !
La peau de phoque est vraiment très chaude, les groenlandais savent très bien utiliser la peau pour faire de magnifique moufles. Je ramènerai les miennes en France pour vous les montrer !
Voici ma paire :
Capture d’écran 2016-04-20 à 05.37.10

Comme vous avez pu l’entendre dans la capsule audio, les phoques vivent sur et dessous la banquise. Maintenant que la banquise bouge et nous offre des cracks , allons voir ce qu’il se passe sous la glace maintenant.

Là où s’arrête la glace commence l’océan glacial !

3.2 Aluu les oursins

Mes yeux ébahis, je découvre des oursins sous la glace. Habituée à voir des oursins en plongée en Méditerranée, j’étais persuadée que ces petits animaux vivaient dans les eaux plutôt chaudes. La vie marine me surprendra toujours !

Capture d’écran 2016-03-31 à 19.05.47

À ce jour, les scientifiques ont identifié 11 espèces d’oursins dans l’océan Arctique. Comme quoi !

Capture d’écran 2016-04-21 à 16.34.54

Pour en découvrir d’avantage, je vous laisse écouter par vous même la petite capsule audio « ATKA Polar Sound # Oursin »

3.3 Aluu Médupok !

Lors d’une de mes ballades à la recherche des animaux proche d’ATKA, mes yeux ont été naturellement attirés par des animaux gélatineux qui flottent dans l’eau. Quelle beauté !
Le premier rencontré est rose, a la taille et la forme d’un gros concombre de mer.

Capture d’écran 2016-04-20 à 04.39.53

Ma deuxième découverte gélatineuse a été incroyable. Si incroyable qu’il fallait absolument que je me débouille pour l’attraper avec un seau et le prendre en photo.

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.16.05

Regardez moi cette merveille :

Capture d’écran 2016-04-20 à 04.57.57

Capture d’écran 2016-04-20 à 04.57.38

Qujanaq Sarah, elles sont top tes photos. On le remet ensuite à l’eau, Takuss Médupok !

Telle une danseuse électrique, cet être fascinant offre une lumière arc en ciel qui ondule le long de son corps gélatineux. Sarah, notre caméraowen m’accompagne et prends des photos pour vous de cet animal électrique. Nous sommes toutes les deux ébahies par tant de poésie polaire. Sarah et moi même baptisons cette créature poétique « Médupok ». Médupok n’est pas facile à prendre en photo mais Sarah n’abandonne jamais !

Nous observons Médupok. Il bouge dans l’eau grâce à des rangées de petits peignes constitués de cils qui permettent à l’animal de se propulser et parfois même de se cacher. Je ne sais pas grand chose de ces créatures extrêmement fragiles, ni même leur nom. Je sais juste que c’est un peu transparent, que ça fait des lumières et que ça vit dans les eaux polaires. Je vais même au village pour demander leur nom aux pêcheurs. Personne ne connait leur nom, alors je vous le demande à vous :

Quels sont ses créatures ? Qui sont ces animaux du printemps et de l’été polaire ?

Consciente de la difficulté de ma question, si vous ne trouvez pas, pas de panique ! De jolis dessins de ces animaux les rendront tout aussi mystiques.
3.4 Aluu Lagopède

Capture d’écran 2016-04-20 à 04.59.11

Une boule de duvet blanc se dresse sur une roche brune, se laisse observer et s’envole majestueusement vers d’autres horizons gelés. Le lagopède est là et se montre. Je me questionne : était-il là tout l’hiver ou vient-il d’arriver ?

J’apprends qu’il était présent toute l’année. Le lagopède est un petit oiseau (30 cm de longueur environ) totalement blanc en hiver (sauf la queue qui reste sombre). Il parait qu’il va bientôt construire son nid à même le sol en mai ou en juin. C’est Daphné qui pourra peut-être voir des bébés ! Lors d’une des promenades de notre photographe Sarah avec Brieuc, ils ont pu prendre ce beau lagopède en photo. Qujanaq Sarah !

 

3.5 Aluu les « Amassat »

Je sais qu’il y a des amassats un peu partout autour de nous car j’ai pu en voir dans des bacs autour d’ATKA sur l’ile Àçacaille.

J’apprends que l’ammassat est en fait du capelan vit entre la surface et 300 m de profondeur. Les ammassats sont des capelans. Après être pêcher, les ammassats sont ensuite sécher sur les roches brunes durant l’été. Autour d’ATKA j’ai pu observer les marques de cette étape de séchage. Voici en image les traces de ces petits poissons séchés au soleil l’été passé :

Capture d’écran 2016-04-22 à 01.50.15

et voici le résultat de la pêche après séchage :

Capture d’écran 2016-04-21 à 17.35.29 Capture d’écran 2016-04-21 à 17.35.18

Les amassats sont stockés dans des bacs de pêcheurs à côté d’ATKA. Ça donne envie de se faire un petit repas d’amassats!

3.6 Aluu ceux qui se cachent !

Le renard polaire

3813e1e09e_36011_patte-chien-neige_CJ-Richey121-Flickr

Apparemment, un renard polaire se cache autour du bateau ATKA. À plusieurs reprise nous avons pu observer des traces de pas dans la neige comme vous pouvez le voir sur la photo. J’aurais adoré le croiser !
Même si je ne l’ai pas encore vu, je me suis tout de même renseigner sur ce petit compagnon polaire de l’île Àçacaille.
Pour en savoir plus, écoutez dès à présent la petite capsule audio « ATKA Polar Sound # Renard ».

D’après les experts, j’apprends aussi qu’aujourd’hui le renard polaire rencontre des soucis de territoire en Arctique dû au changement climatique. Je m’explique, le renard blanc doit faire face à un concurrent, le renard roux, remontant du sud et colonisant certaines régions de l’Arctique où le climat s’est adouci. Dans le même temps, le renard blanc voit sa nourriture principale, le lemming, se raréfier : ce petit rongeur semble particulièrement sensible au radoucissement des hivers. Personnellement, je n’ai pas encore vu de renard blanc, ni de roux et de lemmings…ils se cachent !! Pour ma défense, il faut savoir que ces animaux tout blanc se cachent sous la neige pour s’isoler du froid et du vent. Alors c’est une peu normal si je ne les vois pas je crois !

 

Nanoq, où es tu ?

4543849_6_458e_nombre-de-polluants-organiques-persistants_dfddeb5c334cdd351f0e6c58bf268d01

Photo de Nanoq et bébé Nanoq sur la côte Ouest du Groenland.

Je dois être honnête avec vous. Lors de mes premiers pas de boots sur la banquise de la baie d’Oqaatsut, je me rappelle avoir pensé « et si il y avait des ours ? ». L’ours polaire est LE ROI de l’Arctique et se balader sur la glace à côtés est toujours une expérience assez apeurante. Ne connaissant pas bien ce carnivore, je préfère le voir de loin et non de près ! Ça tombe bien, ATKA a décidé d’hiverner sur la côte Ouest du Groenland dans une zone où les ours polaires sont rares. Ouf !

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.56.30

Voici un origami de Sara (la jeune femme qui s’occupe du site internet ATKA.fr). Vous pourrez trouver en « ressource » le modèle de l’ORIGAMI NANOQ. Attention Sara est une experte en origami donc pas de panique si vous n’y arrivez pas du premier coup. Elle s’exerce depuis des mois à bord d’ATKA pour passer le temps lorsque la météo est mauvaise.

Par contre, lorsque ATKA reprendra le large, j’adorerais que Daphné puisse voir de loin un ours et prendre une photo rien que pour vous ! On verra ou « immaqa » comme on dit au Groenland !

En attendant, je vous laisse découvrir la capsule audio « ATKA Polar Sound # Ours Polaire ».

4 / Takuss les animaux !

Notre planète est peuplée d’une multitude d’individus incroyablement beaux et surprenants. Voir ces animaux se balader dans ces eaux gelées avec leur couleurs magnifiques me touche. La vie est poétique.

Un grand merci à Sarah, la photographe et la « camerawomen » officielle d’ATKA !
La voici : Sarah Delben

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.05.36

5 / Un petit coucou de l’équipage

Je termine cette polar week 8 en photo pour vous montrer que l’on s’amuse beaucoup aussi sur ATKA lors des moments « quartier libre » à bord.

Voici les « ATKA Récréations » :

Capture d’écran 2016-04-22 à 23.22.50

Brieuc joue avec Paulo au tennis sur la banquise devant ATKA. Nous avons construit le filet avec un bout et deux tooks ! Quartier libre, c’est la récréation  !

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.54.46

Paulo adore la capoeira. Il en fait sur la banquise ! Il est trop fort Paulo !

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.59.34

Sarah, Paulo, Anne-Claire et Baptiste qui regardent vos dessins et messages. Qujanac les enfants, nous sommes heureux !!!

Pour vous remercier, laissez moi vous présenter l’équipage au complet avec chacun vous offrant un conseil polaire !
Baptiste : «  Sortez couverts les amis ! Prévoir toujours une paire de gants et de chaussettes en extra, ça sert toujours ! »
Paul, le second : «  Munissez vous d’un took lorsque vous posez les boots sur la banquise, sécurité assurée ! »
Sara, la femme de l’ombre qui s’occupe de donner des nouvelles au monde sur le site atka.fr. Elle fait de superbe origami !« Avant l’hivernage, je pensais que rajouter des couches de chaussettes me permettra d’avoir plus chaud au pieds…que nenni, deux paires suffisent. Trop de couches sert trop les pieds et on a encore plus froid si c’est trop serré ! »
Sarah Delben, la camerawomen : «  Ne pas hésiter à braver le froid pour aller vivre d’incroyables aventures polaires ! »
Anne-Claire, votre détective polaire : « Si vous avez peur d’avoir froid en allant vous coucher, mettez un super bonnet sur votre tête. Vous perdez beaucoup de chaleur par votre tête ! »
Brieuc, le capitaine qui vient d’arriver pour relever Baptiste pour la sortie des glaces : « Ne pas oublier de boire de l’eau car on se déshydrate vite dans les déserts polaires de l’Arctique. L’air y est sec ! »

Maintenant que la récréation est terminée, un peu de boulot polaire puis repas dans le carré et dodo sous les aurores boréales. La preuve en image !

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.06.32

Au printemps, on fait un peu de ménage autour d’ATKA. On sort l’annexe du bateau qui était « garée » toute proche du bateau.

Capture d’écran 2016-04-21 à 16.30.56

Paul se prépare à aller avec le traineau Vaillant chercher du pétroleum au village.

Capture d’écran 2016-04-21 à 17.53.27

Baptiste vient chercher Paulo et moi-même après un passage au village pour faire des petites courses.

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.09.01

Baptiste et Anne-Claire dans le carré. On papote.

Low_©SDB_OQAATSUT_Aurore4

C’est le moment de dormir sous les aurores boréales. ATKA est protégé par ses lumières magnifiques ! J’adore, et vous ?

Capture d’écran 2016-04-21 à 18.08.09

Après avoir passer des heures dehors à regarder les aurores, je vais me coucher avec mon bonnet confectionné par l’un des villageois. Mon surnom sur ATKA est ACE. Cela vient de Baptiste après une partie de carte à bord. Maintenant, tout le monde m’appelle ACE !

Takuss les amis et qujanaq pour tout !

 

 

ATKA POLAR Vocabulaire 3

mer : imaq
vague : malik

morue : saarullik
petite soeur d’une soeur : nuka
grande soeur d’une soeur : angaju
petit frère d’un frère : nuka
grand frère d’un frère : angaju

papa : ataata
maman : anaana

grand père : aataa
grand mère : aanaa
janvier : januaari
février : februaari
mars : marsi
avril : apriili
mai : maaji
juin : juuni
juillet : juuli
aout : aggusti
septembre : septembari
octobre : oktobari
décembre : decembari

ATKA POLAR PHONE 2

Depuis notre dernière polar week, j’ai eu la chance de pouvoir communiquer avec certaines des classes par skype ou par téléphone depuis la petite montagne Àçacaille. Que d’émotion pour Paul et Baptiste qui m’ont accompagné dans mes aventures de Polar Phone.

Je tiens à vous remercier pour m’avoir offert la possibilité de vivre cette aventure du Polar Phone ainsi qu’à l’équipage qui a tout fait pour que ces connexions au delà de l’Ilandsis et de l’océan atlantique puissent avoir lieu.

C’est l’occasion idéale pour vous proposer un Polar Phone 2, heure française.

Mercredi 27 avril à 15h
Jeudi 28 avril à 15h
Vendredi 29 avril à 15h

Image 2

Pour capter du réseau et vous avoir, il faut que nous escaladions l’île Açacaille avec de quoi se réchauffer !

Image 1

Nous étions si heureux de vous avoir ! merci !!!

Vous pouvez m’envoyer un texto sur mon téléphone groenlandais au +299 29 49 40 si le Polar Phone 2 vous séduit.

Takuss les amis !

Anne-Claire, votre détective polaire

Page 1 sur 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén